bleus de mytilène

telles deux lianes entrelacées
qui ondulaient dans la pénombre
elles gémissaient énamourées
leurs doigts frôlant les recoins sombres
où palpitait trésor mouillé
l'éros brûlant niché dans l'ombre

sous leurs longs ongles vernissés
s'ouvraient de tendres déchirures
tout odorantes d'anxiété
prélude à l'ultime morsure
à cette succion tant espérée
ce doux baiser contre nature

petits serpents jamais lassés
leurs langues roses insinuantes
exacerbaient la volupté
de se sentir jeunes amantes
aussi expertes que dépravées
tantôt maîtresse tantôt servante

leurs mamelons griffés léchés
tétanisés par les caresses
n'en pouvant plus de se livrer
demandaient grâce à la prêtresse
coupable de tant les adorer
qu'ils se mouraient de trop d'ivresses

et lorsqu'enfin exténuées
elles s'endormirent ô privilège
dans mille tendresses enchevêtrées
déjà d'insidieux sortilèges
nimbaient leurs songes de priapées
initiatiques et sacrilèges

vers de gris